Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ?

La sérendipité, cet art de passer d’une curiosité à une découverte au hasard des informations – de plus en plus nombreuses – qui se présentent à nous a été stimulée par l’avènement des réseaux sociaux. Cette course à l’immédiateté et plus indirectement à la découverte qui stimule la curiosité de chacun (mais pas toujours l’esprit critique) a incontestablement des vertus.

C’est être à l’écoute, ouvert au monde qui nous entoure, et c’est donc être prêt, mais prêt à quoi ? À s’armer d’une réponse toute faite que vous pourrez servir à l’infini à quiconque tentera de vous faire découvrir une de ses trouvailles un peu en retard, c’est le « Je sais » autrement traduit par le hashtag #OLD sur les réseaux sociaux. Une manière claire de « disqualifier » par une sorte d’humiliation celui qui n’aurait pas été suffisamment à l’écoute du bruit de fond.

Chaque être humain (sur ?) connecté à ses réseaux sociaux « sait » ou « connaît » ce qu’il a choisi de voir par le prisme de son flux rss, de sa timeline twitter ou facebook auto-adressés car pré-sélectionnés et filtrés. De là à dire que le développement de la socialisation digitale est synonyme de circoncision de l’échange, de fermeture du cercle social et donc de sclérose à l’ouverture d’esprit il n’y a qu’un pas. Bienvenue en terre sainte du psittacisme.

Mais si tout le monde sait, alors qui cherche encore à comprendre ?

Combien voyez-vous de formes interrogatives dans vos flux sociaux, en commentaires de vos blogs ? La compréhension de phénomènes, de son environnement passe par l’auto-interrogation, la recherche, l’échange et dépasse de loin le cadre de la sérendipité qui induit une volatilité de la concentration.

« Se demander » n’est plus à la mode. Pourtant preuve de l’intelligence la plus élémentaire, le questionnement pourrait tacitement mettre en doute sur le web votre assurance aujourd’hui capitale à l’heure de l’édification du tout puissant personal branding et du courant de « positification » de la société trop souvent confondu avec le « problem solving ». Cette remarque est également valable dans le milieu professionnel. Le vieil adage « Chercher à comprendre, c’est commencer à désobéir » semble plus que jamais d’actualité.

En apparence, mieux vaut donc savoir que demander, relayer que s’interroger, #older plutôt que louer l’esprit critique. Alors en poussant un peu la question, mieux vaut-il s’exprimer que produire ?

C’est en observant avec quelle verve un des utilisateurs de twitter s’exprimait dans ma timeline que je me suis demandé combien de temps il pouvait passer à s’exprimer de la sorte. La réponse m’a plus que surpris, elle m’a effrayé. Depuis la création de son compte, cette personne a posté pas moins de 117 000 tweets. Pour me faire une idée, à raison de 8h de travail par jour et de 5 secondes par tweet envoyé j’arrive à :

(117 000 tweets * 5 secondes) / 60 secondes / 60 minutes / 8 heures = 20,3 jours soit en comptant les week ends 1 mois de temps.

À raison de 15 mots en moyenne par tweet c’est aussi un livre de plus de 500 pages que cette personne n’aura jamais écrit.

Si je vous offrais aujourd’hui 1 mois pour travailler ou progresser dans n’importe quel domaine de votre choix, que choisiriez-vous ?

Crédit photo

Twitter Digg Delicious Stumbleupon Technorati Facebook Email

9 commentaires pour “Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ?”

  1. un synonyme de relayer

  2. Le titre est tellement bien choisi 😀

Rétroliens/Pings

  1. Bastien - 6 décembre 2012

    Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ? http://t.co/4imDacux

  2. Yvan - 6 décembre 2012

    http://t.co/1vQhVaYA Pourquoi un titre et un début pompeux ? Alors que l'article est bien meme s'il tombe à l'eau.

  3. sophie - 6 décembre 2012

    Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ? : http://t.co/PqkHjMjk

  4. hemrick mas - 6 décembre 2012

    Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ? : http://t.co/3zk6oX4w

  5. hemrick mas - 6 décembre 2012

    RT @bastienchanot: Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ? http://t.co/2mtQRZ19

  6. van meeuwen gil - 28 décembre 2012

    RT @bastienchanot: Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ? http://t.co/NcMIiRIX

  7. Pulp Lemon - 3 janvier 2013

    Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ? : http://t.co/QiR8WqKE

Répondre