Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ?

La sérendipité, cet art de passer d’une curiosité à une découverte au hasard des informations – de plus en plus nombreuses – qui se présentent à nous a été stimulée par l’avènement des réseaux sociaux. Cette course à l’immédiateté et plus indirectement à la découverte qui stimule la curiosité de chacun (mais pas toujours l’esprit critique) a incontestablement des vertus.

C’est être à l’écoute, ouvert au monde qui nous entoure, et c’est donc être prêt, mais prêt à quoi ? À s’armer d’une réponse toute faite que vous pourrez servir à l’infini à quiconque tentera de vous faire découvrir une de ses trouvailles un peu en retard, c’est le « Je sais » autrement traduit par le hashtag #OLD sur les réseaux sociaux. Une manière claire de « disqualifier » par une sorte d’humiliation celui qui n’aurait pas été suffisamment à l’écoute du bruit de fond.

Chaque être humain (sur ?) connecté à ses réseaux sociaux « sait » ou « connaît » ce qu’il a choisi de voir par le prisme de son flux rss, de sa timeline twitter ou facebook auto-adressés car pré-sélectionnés et filtrés. De là à dire que le développement de la socialisation digitale est synonyme de circoncision de l’échange, de fermeture du cercle social et donc de sclérose à l’ouverture d’esprit il n’y a qu’un pas. Bienvenue en terre sainte du psittacisme.

Mais si tout le monde sait, alors qui cherche encore à comprendre ?

Combien voyez-vous de formes interrogatives dans vos flux sociaux, en commentaires de vos blogs ? La compréhension de phénomènes, de son environnement passe par l’auto-interrogation, la recherche, l’échange et dépasse de loin le cadre de la sérendipité qui induit une volatilité de la concentration.

« Se demander » n’est plus à la mode. Pourtant preuve de l’intelligence la plus élémentaire, le questionnement pourrait tacitement mettre en doute sur le web votre assurance aujourd’hui capitale à l’heure de l’édification du tout puissant personal branding et du courant de « positification » de la société trop souvent confondu avec le « problem solving ». Cette remarque est également valable dans le milieu professionnel. Le vieil adage « Chercher à comprendre, c’est commencer à désobéir » semble plus que jamais d’actualité.

En apparence, mieux vaut donc savoir que demander, relayer que s’interroger, #older plutôt que louer l’esprit critique. Alors en poussant un peu la question, mieux vaut-il s’exprimer que produire ?

C’est en observant avec quelle verve un des utilisateurs de twitter s’exprimait dans ma timeline que je me suis demandé combien de temps il pouvait passer à s’exprimer de la sorte. La réponse m’a plus que surpris, elle m’a effrayé. Depuis la création de son compte, cette personne a posté pas moins de 117 000 tweets. Pour me faire une idée, à raison de 8h de travail par jour et de 5 secondes par tweet envoyé j’arrive à :

(117 000 tweets * 5 secondes) / 60 secondes / 60 minutes / 8 heures = 20,3 jours soit en comptant les week ends 1 mois de temps.

À raison de 15 mots en moyenne par tweet c’est aussi un livre de plus de 500 pages que cette personne n’aura jamais écrit.

Si je vous offrais aujourd’hui 1 mois pour travailler ou progresser dans n’importe quel domaine de votre choix, que choisiriez-vous ?

Crédit photo

Twitter Digg Delicious Stumbleupon Technorati Facebook Email

10 commentaires pour “Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ?”

  1. un synonyme de relayer

  2. Le titre est tellement bien choisi 😀

  3. En analysant ce qui se passe dans le cadre du conflit etudiant, on remarque que Twitter et Facebook deviennent de serieux outils d’intimidation. Des groupes peuvent egalement se donner le mot afin de faire fermer le compte d’une personne qui n’est pas “du bon cote”.

Rétroliens/Pings

  1. Bastien - 6 décembre 2012

    Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ? http://t.co/4imDacux

  2. Yvan - 6 décembre 2012

    http://t.co/1vQhVaYA Pourquoi un titre et un début pompeux ? Alors que l'article est bien meme s'il tombe à l'eau.

  3. sophie - 6 décembre 2012

    Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ? : http://t.co/PqkHjMjk

  4. hemrick mas - 6 décembre 2012

    Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ? : http://t.co/3zk6oX4w

  5. hemrick mas - 6 décembre 2012

    RT @bastienchanot: Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ? http://t.co/2mtQRZ19

  6. van meeuwen gil - 28 décembre 2012

    RT @bastienchanot: Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ? http://t.co/NcMIiRIX

  7. Pulp Lemon - 3 janvier 2013

    Twitter et Facebook sont-ils des catalyseurs à consanguinité sociale ? : http://t.co/QiR8WqKE

Répondre